• open panel

3D et Urbanisme, quels enjeux ?

 

Impossible aujourd’hui de passer à coté de ce phénomène actuellement en pleine expansion. Pour preuve, le « Gartner Hyper Cycle 2010 » place la 3D au sommet de son baromètre des technologies montantes en 2010 ! L’urbanisme ne fait donc pas exception et est également marqué par une émergence des différentes applications de cette technologie 3D.

Genève, Hambourg, Vienne ou Copenhague : beaucoup de grandes métropoles européennes se sont lancées résolument dans l’intégration de la 3D pour leurs différents services. En France, Bordeaux est récemment entrée dans le mouvement, avec la mise en place d’une maquette numérique 3D du territoire de l’agglomération. (CUB, Communauté Urbaine de Bordeaux)

Outre l’aspect ludique, c’est bien sa multiple déclinaison d’usages qui est ici fort intéressante : aide à la décision en phase de conception de projets (avec la possibilité de simuler différentes hypothèses), information du public, aide à la concertation, ou encore outil de marketing territorial pour valoriser ou promouvoir l’agglomération, via une visite virtuelle : le survol hyper-réaliste des monuments ou le cheminement d’une nouvelle ligne de tramway deviennent de superbes vitrines attractives.

En quelques clics, il devient alors possible de visualiser les tracés de futures extensions des transports, ou de visiter des zones d’aménagements, des grands projets, tout en visualisant les différentes possibilités de réalisation. Cette « ludification » de l’urbanisme devrait permettre une meilleure appropriation du projet urbain, pour plus de concertation et plus de réflexions partagées

Cependant, certains voudraient voir en l’application de cette technologie à l’urbanisme, une solution miracle, permettant de résoudre tous les problèmes grâce à la création de véritables modèles comme échos numériques aux multiples réalités urbaines. La construction de la ville ne répondant pas à une logique rationnelle, et ses acteurs encore moins, prenant en compte tous ces facteurs reste difficilement imaginable. A court terme en revanche, la gestion de l’impact d’une infrastructure sur un réseau donné via un modèle 3D peut effectivement s’avérer intéressante.

Encore faut-il réussir cette révolution qu’implique la 3D, avec l’ajout d’une autre dimension, qui amène nécessairement à un grand changement dans la manière dont la collectivité gère et collecte ses données. (Les Services de la voirie, du cadastre, de la topographie sont gérés depuis 50 ans de  la même manière assez traditionnelle !)

Un bouleversement radical, nécessitant une certaine ambition, et impliquant bien évidemment un certain coût…

Mots-Clés: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un Commentaire

*

Copyright © 2011 · Urbalyon Numérique, All Rights Reserved.
Powered by Wordpress